RetourSommes-nous des médiocres ?
Sommes-nous des médiocres ? Très souvent - trop souvent - nous entendons ou lisons des choses désespérantes sur le genre humain : à entendre ou à lire certains auteurs, pasteurs, prédicateurs, nous serions préoccupés uniquement de notre confort et de notre réussite personnelle, nous serions obsédés par l'argent et le pouvoir ! Par exemple : "... les illusions nourries d'orgueil et les passions égoïstes qui nous entravent ...", ou encore "la médiocrité des comportements humains (recherche du pouvoir et de la domination, amour de la richesse, conformismes et sectarismes…)"... Tout cela évoque fâcheusement certaines confessions des péchés entendues dans des cultes dominicaux, au cours desquelles le pasteur ou le prédicateur annonce "nous vivons dans le péché, la corruption et la haine du prochain...". On pourrait même rapprocher cette manie perverse du "c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute" que récitaient autrefois les catholiques en se frappant la poitrine (et qui d'ailleurs redeviendra le texte officiel en 2017, comme l'a décidé le pape François). Alors, on peut se poser cette question : est-ce que les tenants de cette pratique peu chrétienne pensent vraiment ce qu'ils disent ? Car enfin, s'il existe effectivement des personnes qui ont ce comportement, elles constituent une infime partie des 66 millions de français. Et question complémentaire : ceux ou celles qui s'expriment ainsi parleraient-ils en réalité d'eux-mêmes en disant cela ? On reproche souvent aux autres ses propres manquements, alors ces orateurs et auteurs se sentent peut-être eux-mêmes bien peu dignes d'estime pour annoncer à voix forte : "nous sommes des médiocres". Ou alors, ils ne font que répéter sans réfléchir des phrases convenues, qui n'engagent à rien, qui ne font ni chaud ni froid à ceux qui les entendent ou les lisent. En somme du "prêt-à-penser" de bas étage. Et Dieu dans tout cela ? Eh bien, Dieu doit être horrifié d'entendre ce genre de paroles ; nous n'avons pas à dénigrer sa création, nous avons à être dans un dynamisme créateur, qui vise à écouter ce qu'il nous dit et à faire de notre mieux, certainement pas à nous satisfaire d'un "nous sommes vraiment lamentables".
Protestants dans la ville D'autres liens AccueilLes Cévennes au lever du soleil cliché Gilles Carbonell
Site protestant libéral
Réflexions protestantes libérales